Nous sommes le feu

by Maude Audet

supported by
Maison Planàterre
Maison Planàterre thumbnail
Maison Planàterre Comment exprimer en peu de mots la magnificence et la volupté des pièces musicales apparaissant sur ce merveilleux album. Dans le sens du Titre de cet album, je dirais que "cette musique agit comme une étincelle, mon esprit s'embrase, et de concert avec les mélomanes charmés, nous sommes le feu"

"Nous sommes le feu":
www.youtube.com/watch?v=AohtFygQWMc

"Troubles-fête":
www.youtube.com/watch?v=uwVvZ11pfLg

"Perdus magnifiques":
www.youtube.com/watch?v=GRW4PL3WT7Y Favorite track: Nous sommes le feu.
steveinsocal
steveinsocal thumbnail
steveinsocal "...Poetic storytelling set to music is the hallmark of this stunning album. "Contre ton corps on se sent moins vieux" is a graceful and heartwarming song. Here love - like a fine wine - improves with age; "...Contre ton corps on se sent moins vieux, Nue sur ta peau tout semble mieux.." / "... Against your body one feel less old, Naked against your skin everything feels better..." It's a beautiful song..."

reclaimingthecolonies-onestateatatime.blogspot.com/2015/11/maude-audet.html Favorite track: Contre ton corps on se sent moins vieux.
/
  • Streaming + Download

    Includes unlimited streaming via the free Bandcamp app, plus high-quality download in MP3, FLAC and more.
    Purchasable with gift card

      $9.99 CAD  or more

     

  • Compact Disc (CD) + Digital Album

    Boitier repliable en carton incluant disque compact, livret et paroles des chansons.

    Includes unlimited streaming of Nous sommes le feu via the free Bandcamp app, plus high-quality download in MP3, FLAC and more.
    ships out within 3 days
    4 remaining

      $14 CAD or more 

     

  • Record/Vinyl + Digital Album

    Includes unlimited streaming of Nous sommes le feu via the free Bandcamp app, plus high-quality download in MP3, FLAC and more.
    ships out within 3 days
    5 remaining

      $20 CAD or more 

     

1.
Orée 01:18
2.
Tu ne toucheras plus jamais la douceur de l’amour Ni l’amertume des jours devenant trop courts Le mer ne reflètera plus jamais ton portrait Ni la vitrine de tes yeux ceux que tu aimais Tu voulais peindre les murs de millions de couleurs Mais ton corps s’est marié à la noirceur Tu voulais peindre la vie de toute ta fraîcheur Mais on t’a volé le souffle de ton coeur Et on t’a perdu Et on t’a perdu Et on t’a perdu Dans les nues Je ne connaissais pas tes bonheurs préférés Ni toutes les chansons qui t’auront enivré Car parfois dans la vie on remet tout à demain Se faisant croire que ça ira si bien Tu voulais être celui qui fascine les gens Mais ton destin t’a laissé peu de temps Tu voulais mettre les rires partout où ils ont peur Mais tu nous as quittés de si bonne heure Et on t’a perdu Et on t’a perdu Et on t’a perdu Dans les nues Et moi je fais des bêtises Je suis comme tous ces gens Qui s’épuisent et qui s’aiguisent Comme le diamant Je fuis les nuages gris Et j’espère trop du temps Non toi tu n’en ferais pas autant Et on t’a perdu Et on t’a perdu Et on t’a perdu Dans les nues
3.
Le sol qui me porte S’effrite et je tremble L’étau se ressere Mais la joie opère Les nouvelles sont sombres Et je me demande Ce que je dois faire Comment me défaire De cette cadence Nous sommes des bêtes errantes Dans nos vies si méthodiques Le piège est dans notre sang Mais soyons des perdus magnifiques Les cheveux au vent Soyons légers Et imprudents Les ombres derrière Le soleil devant Devenons grands À chaque réveil Le même chemin Mais sur ma banquise Je sais être bien Y’a sur mon visage Des sillons de temps Qui laissent au passage Cet apaisement Et je peux rêver Nous sommes des bêtes errantes Dans nos vies si méthodiques Le piège est dans notre sang Mais soyons des perdus magnifiques Les cheveux au vent Soyons légers Et imprudents Les ombres derrière Le soleil devant Devenons grands Le piège est dans notre sang Mais soyons des perdus magnifiques
4.
Leur arsenal 03:17
Ils nous avalent Et mentent mal Ils nous endorment Ces faux grands hommes Leur attirail Frappe en rafales Pour ces trésors Qui font la mort Sans écarter les balles Nous devenons leur arsenal Les rivières seront noires Sous nos yeux fermés Affairés Ils se propagent Dansant si mal Et les conforment Ces pauvres hommes Qui saccagent sans qu’on le sache Sans écarter les balles Nous devenons leur arsenal Et ces grandes pensées Sauront-elles nous sauver Leurs ordres sanguinaires Brisent nos lendemains Les fous qui nous courtisent Ne savent vraiment rien Nous allons nous faire mal Nous allons nous faire mal Nous allons nous faire mal Nous allons nous faire mal
5.
J’ai pris mes souliers de mirage Toi ton manteau de courage Le soleil était si froid Le vent nous griffait les doigts La lumière t’avait déguisé Ta peau brillait de toute beauté La musique nous mouillait les yeux Sa lourdeur nous rendait heureux Et on est partis par là-bas Où on s’est laissé emporter On ne s’est pas trahis par là-bas Toi et moi J’avais dans mon corps un naufrage Toi dans ton manteau un nuage T’as ramé me sortant de là Et j’ai flotté dans tes bras Les choses n’avaient pas changé Mais ma façon de les regarder Les arbres me semblaient plus grands J’avais des yeux plus aimants Et on est partis par là-bas Où on s’est laissé emporter On ne s’est pas trahis par là-bas Toi et moi Ta bouche renfermait un trésor Tes mots étaient mon renfort
6.
Torrent de phrases vides Engouffrant notre émoi Invisible sottise Aux yeux de ces faux rois Tout ce que l’on s’afflige Tout ce qu’on ne fait pas Trop grande est la méprise La bêtise nous abat Nous avons vu des beautés millénaires Brisées de gestes répétés Nous avons bu des torrents de guerre À s’en empoisonner Nous avons fui les hameaux de rêve Pour tranquillement s’entasser Nous avons vu des beautés millénaires Jusqu’à les ignorer L’animal sur la neige Épargné par le froid En proie à nos malaises Transpercé par l’appât Sa beauté indigène Gracile tombera Sous le poids de nos chaînes Elle s’éteindra Et tournent les chimères Fleurissent les lilas Et coule à flot la bière Qui nous engourdira Et brûlent les fougères Embrasées de nos pas Et coule à flot la bière Qui nous assommera
7.
On a mis la rage à leurs refrains Vacillées leur âme de gamins Attaché des bottes à leurs pieds Brûlé leurs monuments de beauté On a mis des bombes dans leurs mains Rasé l’herbe bordant leur destin Érodé le bleu de leur gaieté Mis des larmes dans leur volupté Et on leur demande Ce qu’on leur demande Et on se demande Ce qui se passera Ce qui se passera Ils ont pris des détours incertains Écorché leur rire de nos mains Gaspillé leur air d’éternité Tous leurs gestes se sont déchaînés Ils ont compris qu’on les condamnait Que personne ne les sauverait Que le bonheur ne les a pas étreints Que leur vie ne vaut rien Ils pensaient qu’ils pouvaient s’envoler Ils pensaient qu’ils pouvaient rêver Ils pensaient qu’ils pouvaient s’élever Mais les gens les ont fait tomber Ils pensaient qu’ils pouvaient s’envoler Ils pensaient qu’ils pouvaient rêver Ils pensaient qu’ils pouvaient s’élever Mais les grands les ont fait tomber Et on leur demande Ce qu’on leur demande Et on se demande Ce qui se passera Ce qui se passera
8.
Les vautours qui se lèvent Tout autour de toi Chassent les merveilles Et crachent devant toi Où est le torrent qui sommeille Avec tout notre espoir Chassant ce néant Qui nous empêche d’y croire Tu es l’armement que j’appelle À combattre avec moi De jeunesse éternelle On s’habillera J’ai peur mais j’espère Grandir avec toi Soyons troubles-fête Et ne leur cédons pas
9.
Sous ton armure en bourrasque qu’est-ce que tu nous caches Avec tes bijoux en matraque qu’est-ce que tu traques Tes pas s’éloignent trop souvent de ceux qui t’espèrent Et sur les craques du ciment brisé tu te perds Je n’avais pas vu les larmes dans tes cheveux Je ne pensais pas que les gens te brisaient les yeux Je n’avais pas vu le vacarme de tes idées Je ne pensais pas que le drame pourrait s’y frôler Je suis là Avec toi Je te prends Dans mes bras Je n’avais pas vu les tourments de tes sauts périlleux Je ne pensais pas que l’amour t’étoufferait pour peu Je n’avais pas vu le firmament qui te charmait Je ne pensais pas que du temps tu t’en lasserais Je suis là Avec toi Je te prends Dans mes bras Tu propagandes et tu grondes tu deviens tonnerre Avec tes bombes qui tombent tu vocifères Si tu parcelles par million pour devenir ciel Je hurlerai mes poumons je serai nacelle
10.
Contre ton corps on se sent moins vieux Nue sur ta peau tout semble mieux Dans nos matins nous sommes souverains Au creux de ta main je blottis mon destin Quand les douceurs ne me touchent plus Que le courage ne m’habite plus Seule sur le fil qui casse soudain Tu apparais pour blaser mes chagrins Avec toi je danse dans l’inconnu de nos vies Deux par deux et face à face nous marchons ainsi Comme des fous que le temps n’aurait pas abimés Les saisons passent mais nos yeux sont restés étoilés Contre ton corps on se sent moins vieux Contre ta peau je suis moins nébuleuse
11.
Nous sommes le feu qui abîme le temps Brûlant les jours et les roses du printemps Nous sommes le bleu du ciel évaporé Brillant de candeur et de légèreté Nous sommes la neige qui gèle les pieds L’oiseau qui chante le ventre affamé Nous sommes la peur qui nous renversera Quand notre beauté nous quittera C’est le sourire des enfants Et le baiser de l’amant Qui balaient nos inquiétudes Et allègent nos solitudes Je deviendrai la brise et le roseau Qui aimeront les racines du bouleau Je détruirai les vestiges du temps En nourrissant ce brasier qui s’étend Moi qui traîne mes chaînes Et me pense meilleure Mais je suis la défaite Et j’y trouve l’honneur C’est le sourire des enfants Et le baiser de l’amant Qui balaient nos inquiétudes Et allègent nos solitudes Et mon corps qui espère Se gave de lumières Qui lui causent bonheur Qui lui causent bonheur C’est le sourire des enfants Et le baiser de l’amant Qui balaient nos inquiétudes Et allègent nos solitudes
12.
Crépuscule 01:01
Si je saigne De peur Parfois C’est que Le temps M’arrache À toi On aura Une fin Sûrement Tu auras Des larmes C’est évident

credits

released November 13, 2015

Direction artistique: Maude Audet
Réalisation, mix, prise de son: Navet Confit
Prise de son: Martien Bélanger
Matriçage: Jean-Philippe Villemure
Paroles et musique: Maude Audet
*Sauf "Je serai nacelle" Paroles de Maude Audet et Martin Pouliot

Collages: Maude Audet
Graphisme: Marie Tourigny

license

all rights reserved

tags

about

Maude Audet Montreal, Québec

Autrice-compositrice-interprète à la voix douce, légèrement égratignée et aux textes pertinents, Maude Audet crée sa musique comme elle rêve de grandiose au quotidien.

shows

contact / help

Contact Maude Audet

Streaming and
Download help

Redeem code

Report this album or account

If you like Maude Audet, you may also like: